Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 Sep

STEP­-FITNESS-FISHING CONTRE STEACK-GUINESS-FISHING (ou la pêche du bar en finesse)...

Publié par pedro  - Catégories :  #pêche, pêche, pêche !!!

    Imaginez - vous au bord de l’eau, les pieds sur une petite roche plate, la canne tenue entre les deux mains devant vous à l’horizontale, dans une très jolie et saillante combinaison en lycra mauve, « moule paquet » (le rêve de tout pêcheur…). Et c’est partit : « et 1,2,3,4,5,6,7et 8 on lève bien les jambes !!! » Quel bel environnement pour pratiquer le « step-fitness-fishing »…

 

   Plus sérieusement, comme on peut le constater avec l’avènement du rock fishing, les pêches dites « finess » connaissent un intérêt grandissant et le petit peuple de la mer commence à lorgner sur ce qui peut être le quotidien du bass-addict… Pour cette mission vous aurez besoin d’une arme de pointe . Un fleuret de type : « Illex, Ashura light rig spécial/ 1,8gr-10 gr pour 1m83 et une puissance de ligne de 4-8 lbs »…A faire pâlir de jalousie notre cavalier masqué (lui aussi vêtu d’un petit collant)  sur son fier destrier : Tornado !!!

Une tresse de 4,7,8-10 centièmes et une pointe de 16 à 24 centièmes… Mais il ne s’agit pas de tomber dans une anorexie dangereuse pour le poisson et nos nerfs… Ce type de matériel s’appliquera à des environnements particuliers et il me semble à des pratiquants ayant déjà une bonne connaissance de leur matériel, de ses limites et étant quelque peu confirmés…ne mettant pas ainsi en danger l’intégrité physique du poisson…

 

   Alors pourquoi sombrer dans la miniaturisation me diront certains au risque de piquer bon nombre de juvéniles ?

 

   D’une part, pour le pêcheur ce type de matériel offre une maniabilité accrue du fait du poids de celui-ci et chose que beaucoup oublient, cela permet de s’adapter au milieu !!!

 En effet dans les étangs salins, petites baies peu profondes et autres estuaires de petites tailles (Abers en Bretagne - Nord) et sur-fréquentés, lancer un spook ou un Z-claw magnum peut revenir à faire une « teuf teck » dans le salon en espérant que nos chers parents qui dorment au dessus, ne l’entendront pas !!!

  « A gros leurres gros poissons, à petits leurres petits poissons ». Ce n’est pas forcement faux, mais un peu trop généraliste et facile. Il serait plus sensé de tenir compte de la saison, de l’endroit où l’on pêche avant d’appliquer de tels adages. En début de saison il est couramment d’usage d’utiliser des leurres de petites tailles et de plus gros vers la fin de saison par exemples. Mais plus encore, si on observe les différents milieux que j’ai précédemment cité, ils sont riches d’une multitudes d’organismes de petite taille et c’est ce qui doit retenir notre attention… Il faut plutôt réfléchir à ce qui est le plus représenté… En ce qui nous concerne, l’utilisation de petits leurres prend là tout son sens. Il faut cependant bien les choisir et adapter sa présentation. J’ai souvent remarqué cette facilité qu’ont les petits bars à s’énerver et à se jeter sur tout ce qui leur passe devant à toute vitesse et notamment en surface. Les vieux poissons se déplaçant eux plus lentement et ayant souvent le nez tourné vers le fond. Souvent les poissons de petites tailles ciblent les alevins et les plus gros les crabes et crustacés. 

 Bizarre, il faudrait donc en tenir compte ?!!!…

 

   Si vous êtes en recherche active (pêche de prospection) avec des petits leurres en surface ou sub-surface, plomber son leurre et donc ralentir sa pêche permet de faire passer son leurre au plus près des jolis poissons. La pêche à vue quand à elle permet de choisir (dans le cas où on en aperçoit) son bar et du coup résoud le problème du « petit leurre petit poisson »…

 

   J’ai une nette préférence pour les leurres souples dans ce type de milieux, ils sont facilement adaptables, en effet ce genre de zone sont difficiles d’accès et balayées par de forts courants drainant beaucoup d’algues et de matières en suspensions.  Si on pense avoir trouvé le leurre du jour ou du moins le leurre du moment, on peut en quelques secondes réduire ou augmenter la plombée voir modifier le type d’hameçon. Ce genre de site imposant des montages anti-herbes, par endroit mais pouvant aussi être prospecté avec des têtes plombées plus classiques (étendue, couloirs de sable, de vase).

 

La pêche finess en milieux confinés permet l’approche du poisson, le fait de voir une possible prise et d’en observer le comportement même si votre adversaire ne s’empare pas de votre leurre, ce qui est tout de même plus formateur qu’une simple pêche de prospection.

Je ne dénigre pas les pêches de recherche actives car elles sont complémentaires et servent  à localiser le poisson, cependant si on recherche le bar de sa vie, celui qui a survécu, vécu et vaincu les année, il vaut mieux ne pas surcharger le poste de lancers au risque de mettre monsieurs sur ses gardes…

Prenant pour exemple la prise du bass record au japon récemment, le pêcheur est resté des jours à observer le poste qu’il savait prometteur afin de voir ce poisson monstrueux qu’il n’a tenté qu’une fois (au vif d’accord). En France nous n’avons pas (mis à part les carpistes), cette culture de la patience pour obtenir des résultats, « à chaque sortie sa prise »… hors ce comportement territorialiste des gros bars est connu même en bord de mer…

 

Bref montages fins, observation et collants moulants seront vos armes pour modifier votre approche et découvrir le « step-finess-fishing »

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Pêche modernes aux leurres...